[ accueil ] [ récent / règles ] [ f / g / int ] [ ac / av / bd / j ] [ 6 ] [ @ ]

/j/ - Jeux

Vidéos et traditionnels.
Nom
Courriel
Sujet
Commentaire
Fichier
Mot de passe (Pour supprimer le fichier)
[][Catalog]

Fichier : 1475097298392.jpg (5,15 MB, 4000x3000, img_3765-11338387.jpg, io e g t)

No.2830

http://www.lemonde.fr/pixels/reactions/2016/09/28/le-jeu-video-peine-encore-a-gagner-son-statut-d-activite-culturelle_5004677_4408996.html
>Ces commentaires
>Ces putains de commentaires
Je pari qu'ils auraient été les premiers à chier sur l'idée du cinéma comme un art, donc c'est pas étonnant de voir des réacs de la culture venir ouvrir leurs grandes gueules pour de la propagande idéologique pathétique.
Et vous, avec la plus grande honnêteté du monde, que pensez-vous du jeux vidéo comme un art?

>inb4: "Mais anon, je ne veux pas que les jeux vidéos deviennent l'équivalent vidéoludique du mec qui fait une peinture avec un pinceau dans le cul ou la meuf qui insère des œufs dans son vagin pour ensuite les injecter sur un a grand papier blanc tout nue en public.

S'il-vous-plait, dites moi que vous n'êtes pas assez con pour pensez ça sérieusement…

No.2831

>>2830
Un jour viendra où seuls les millenials et plus jeunes seront en vie. Et lorsque ça arrivera le jeu vidéo sera forcément un élément culturelle majeur.

J'ai pas de temps à perdre à convaincre des vieux cons, ça va venir naturellement quand ce sera nous les vieux cons en charge de décider qu'est-ce qui mérite d'être considéré comme de la culture ou non.

No.2833


No.2840

File: 1475782831393.png (44,94 KB, 524x395, Docteur Kirby.png, io g t)

>>2833
Anon a fait une terrible erreur: Il y a oublié que l'élément qui distingue un jeux vidéo d'un programme informatique est la lucidité, c'est-à-dire le concept même de jeu. Dans un jeux vidéo, accomplir quelque chose donne un résultat d'accomplissement ludique, dans un programme informatique, accomplir quelque chose est purement productif dans le sens premier (donner un résultat d'information comme par exemple calculer une équation). Cependant, cela ne veut pas dire que le jeux vidéo ne peut pas être productif, la preuve étant les jeux vidéos sérieux (ou Serious Games en Anglais).

Finalement, si, pour beaucoup de gens du moins, le jeux vidéo est difficilement perçu comme un art, c'est parce que le jeux vidéo ressemble beaucoup à Kirby: Quelque chose propre en soie mais en même temps un mélange de plein de trucs différents.

No.2841

>>2840
>Il y a oublié que l'élément qui distingue un jeux vidéo d'un programme informatique est la lucidité, c'est-à-dire le concept même de jeu.
J'en parle. Quand je parle de "ludisme, qui est un art en soit".
Le jeu vidéo est né d'un contournement d'un appareil en quelque chose qu'il n'est pas. Le premier jeu s'est fait sur un oscilloscope militaire.
On peut prendre n'importe quoi et rendre ce n'importe quoi ludique. Même s'inventer des buts. Comme sur une calculette. Plus tard, on a pu programmer sur des calculettes, donnant de véritables jeux.
Le jeu vidéo est devenu un média extrêmement hétérogène. Si on demande une définition moderne du jeu vidéo à un passant, pourra-t-on y mettre tous les jeu vidéo ? S'il dit qu'il doit avoir une histoire, des persos, des musiques, des buts… pourrait-on y mettre Pong ou Space War ? Et c'est ce que la plupart des gens vont dire.
Si tu veux un contre-exemple de self-awareness, regarde la vidéo de PANORAMICAL que j'ai linké.

No.2843

>>2830

Le jeu vidéo est un art point, tout comme le cinéma est un art, tout comme la bande-déssinée (quelle soit franco belge, américaine, asiatique ou de je ne sais quel pays), et ceux qui ne sont pas d'accords ne sont que des vieux cons psychorigides.

J'enfonce des portes ouvertes mais de toutes évidences on ne le répète pas assez.

No.2844

>>2843
Faut pas du tout voir la volonté de ne pas appeler jeu vidéo comme un dénigrement. C'est tout l'inverse.
Chaque partie composant le média et formant le jeu font déjà tous partis de ce qu'on reconnait comme art. La musique, la littérature, le dessin… Il y a même des notions de cinéma, comme les angles de vues et la motion capture. Il y a de la photo, aussi, avec les jeux de lumière, contraste, couleur.
Fourrer tout le jeu vidéo dans un seul et même art, c'est dénigrer tout le travail fait sur le jeu. "Ce n'est pas de la vraie musique, c'est de la musique de jeu." "Ce n'est pas un vrai scénar, ça a été écrit pour un jeu." Si c'est vraiment le cas, pourquoi trouve-t-on de plus en plus des gens bossant dans un art précis ; des peintres, des réalisateurs, des photographes, des compositeurs… travaillant sur un projet de jeu vidéo ?
Le vrai nouvel art, c'est le programme en soi. Ça a déjà un nom et ça s'appelle "Art Numérique". Quand ce code, cet art, est associé à un but, un objectif, un moyen de "gagner", pouf, ça fait un jeu vidéo. Mais il existe des tonnes de performances artistiques utilisant le Numérique. Que ce soit interactif, comme les "simulations de promenade" ou non-interactifs comme la Pure Data.

Le jeu vidéo n'est pas un art. C'est beaucoup plus que ça. C'est un médium, une culture, un sport, une économie… Et tout ça en même temps. Ça a transcendé le statut d'art.
Je suis toujours un vieux con psychorigide, ou… ?

No.2871

>>2844

Oui c'est vrai qu'on peux également voir les choses comme çà mais tu conviendra que 99 % du temps quand on dit que le jeu vidéo n'est pas un art c'est pour dire que c'est de la merde, tout simplement.

Va essayer d'expliquer en quoi le Jeu Vidéo transcende le statut d'art à n'importe quel con de journaliste au JT.

No.2872

>>2871
T'es pas non-plus obligé de leur accorder de l'importance, aux journalistes de JTs.
Le média JV entre en concurrence avec la télévision. Parce qu'il utilisera le même écran, pour la plupart du temps. Le dédain télévisuel sur le jeu vidéo, c'est juste une tentative de découragement, plus que de la simple connerie.
Les vrais cons sont ceux qui jugent que la télé est devenu obselète avec Internet. Comme si les gens avaient arrêté d'écouter la radio ou d'acheter des journaux, depuis que la télé existe.
Les grands médias sont en train de comprendre que ça ne sert à rien de se battre contre. Pour ça qu'on voit de plus en plus d'émissions hi-tech / jeu vidéo sur le PAF. Ou que la télé se mette même à être diffusé dans des consoles, comme le bouquet Canal sur XBox One.

Le vrai problème, ce n'est pas du tout ce dont on parle. C'est le dédain et la manière hautaine que les gens ont, lorsqu'ils parlent de quelque chose qu'ils ne comprennent pas, n'acceptent pas, ne veulent pas. Et ça, on l'a aussi dans le camp des défenseurs du jeu vidéo comme un art. Il est même pire dans un sens, parce qu'il est là juste par auto-défense après une attaque, plus que par une raison d'ordre artistique et légitime.

Le vrai 10e Art devrait être les Arts Numériques, même si pas mal de gens auraient tendance à mettre ça dans les Arts Visuels, 3e Art. Mais quid de la Gastronomie et des Arts Culinaires ? De la Parfumerie ? Ya pas mal de choses comme les Tatouages, la Jardinerie ou la Prestidigitation qui peuvent entrer dans les grandes familles d'Art. Mais tout dépend, si on veut mettre en avance la technique employée ou le résultat final. Si c'est le résultat, autant regrouper le 7 et 8e Art ensemble, ce qui serait une hérésie pour tous les professionnels du ciné, de la télé, de la radio…

No.2909

C'est plutôt légitime, pour plusieurs raisons:
Par ex utiliser le matériel / les outils à son avantage, c'est moins le cas aujourd'hui en raison de la situation du Hardware de nos jours, mais à l'époque ou chaque ordinateur personnel avait des capacité très différentes, il fallait parfois utiliser toutes les "astuces" possibles matérielles pour porter ou créer des effets complexes lors de la création d'un jeu.

Les graphismes, aujourd'hui les jeux sont tellement détaillés et réalistes que si il y avait un mode jeu automatique tu aurais l'impression de voir un film en CGI. Et puis même en 2016, pas mal de jeux en pixel art sont toujours très beaux.

Le sound design, vu que maintenant on à des circuits audio avancés et plus des beepers, aucune raison pour que le sound design d'un jeu ne soit pas de qualité, le son étant un élément assez important dans l'immersion dans un jeu, c'est légitime.

Et puis surtout le scénario du jeu, même si dans ta clique tu as la fine fleur des développeurs et artistes, si le scénario de ton jeu n'est pas bon, ce sera beau, mais sans grand intérêt. Autrefois les jeux étaient souvent riches en détails mais assez laids compte tenu des capacités faibles en matière de hardware, aujourd'hui j'ai l'impression que c'est plutôt l'inverse, on mise sur des graphismes ultra 4K avec des effets spéciaux et une bande son à la H.zimmer, mais au final t'as un bête jeu bancal et répétitif, donc ouais, c'est agréable à l'oeil, mais tu finis par te dire que t'aurais pu avoir le même résultat en allant voir un flim au ciné.

No.2911

>>2909
>Par ex utiliser le matériel / les outils à son avantage […]
C'est du graphisme sous contrainte. C'est comme les peintres qui s'interdisent d'utiliser une couleur. 3e Art.

>Les graphismes

3e Art. Mais beaucoup de 3D de nos jours ont de superbes éléments de lumière, utilisant des puissants algorithmes d'effets de lumière, de caméra… Donc, 7e et 8e Art.

>Le sound design

Pour les musiques, 6e Art. Pour les bruitages, 7e Art.

Qu'il y ait conservation des anciennes technologies, pour faits historiques, ça se capte à 200%. Un musée du jeu vidéo, oui, tout à fait. Mais ça ne doit pas être légitimé comme un art. Pas l'intégralité de la sphère Jeu Vidéo, tout du moins. Patrimoine mondiale de l'Humanité, par contre…

>Et puis surtout le scénario du jeu, même si dans ta clique tu as la fine fleur des développeurs et artistes, si le scénario de ton jeu n'est pas bon, ce sera beau, mais sans grand intérêt.

Child of Eden. Le scénar tient sur un timbre-poste, c'est l'une des expériences les plus belles jamais faites.
Mario Kart 8. Aucun scénar, le jeu est magnifique en tout point.
Guilty Gear Xrd -REVELATOR-. Le scénario et le contexte ne veut absolument rien dire et ne respecte aucune logique scénaristique, c'est le plus beau et le plus stylisé des jeux de combat sous moteur 3D jamais réalisés.

No.2912

>>2911
C'est pas parce que "un art" est composé de "plusieurs arts" qu'il n'en est pas un lui même.
Je tique justement sur cette vision très schématique d'arts totalement séparés mais que l'on pourrait combiner à l'envie, ça ne fonctionne pas du tout pour le cinéma (une succession de photos pour la pellicule avec de la musique par dessus), la BD (dessin, écriture), et pour une immense partie de la création contemporaine, en sculpture et en installation particulièrement.

L'approche moderniste fut de chercher l'essence de chaque art dans la spécificité de l'expérience proposée : la peinture est peinture car elle est une surface plane recouverte de matière colorée, la sculpture nous propose l'expérience d'un objet a apprécier en tournant autour… etc
Dans le jeu vidéo, le fondement de l'expérience sensible qui nous est proposée, c'est le gameplay, la manière dont nous interagissons avec l'interface afin d'accomplir les objectifs qui nous sont proposés, et dans un bon jeu vidéo, tout ce qui est en plus du gameplay (le panergon dirait Kant) est une sorte de décoration qui accompagne l'expérience de jeu, la renforce et la sert.
C'est une des approches qui semble défendue (avec brio) par Arthur Meurant dans ses Critiques Cruelles, et cela semble asseoir la place du jeu vidéo comme art, proche du cinéma dans son modèle économique (industriel, produit par de très nombreuses petites mains pour les grosses productions, moins pour les indés, très rarement seul).

D'un autre côté, il faut remarquer que la seule différence entre un jeu et un jeu vidéo, c'est la forme de l'interface (un écran et un contrôleur), et qu'il y a du gameplay dans un jeu de Tarot. On a donc l'impression que la légitimité du jeu comme art viendrait du coup de ces "décorations" (scénario, graphismes, musique), qui sont d'ailleurs réductibles au minimum, mais restent malgré tout presque toujours présents.

Les développeurs de jeux vidéos ont aussi pu choisir de réduire au minimum le gameplay (comme ces "jeux" qui nous proposent de parcourir un scénario en utilisant uniquement des QTE ou des sélections de dialogues), et Meurant avec d'autres diront alors "ce n'est pas un jeu vidéo".
Le problème du jeu comme art ou pas est du coup à chercher dans son hybridisme : le jeu vidéo emprunte à de très nombreux arts, mais le fondement de l'expérience vidéoludique n'est pas institutionnalisé comme art.

Pour ma part, je trouve toutes ces considérations très intéressantes, mais je me soucie plus de savoir qu'est-ce qu'un bon jeu plutôt que de savoir si un jeu est art ou pas.

No.2913

>>2912
>ça ne fonctionne pas du tout pour le cinéma (une succession de photos pour la pellicule avec de la musique par dessus)
Les documentaires comme Océans. Aucune voix, très peu de musique, que des images et le son ambiant.

>la BD (dessin, écriture)

"La Bande Pas Dessinée" de Navo.
Les oeuvres sans bulles et avec que des dessins, racontant une histoire, juste de manière visuelle.

>et pour une immense partie de la création contemporaine, en sculpture et en installation particulièrement.

Ca reste de la sculpture. Avec ou sans installation de lumières.

>Dans le jeu vidéo, le fondement de l'expérience sensible qui nous est proposée, c'est le gameplay, la manière dont nous interagissons avec l'interface afin d'accomplir les objectifs qui nous sont proposés, et dans un bon jeu vidéo, tout ce qui est en plus du gameplay (le panergon dirait Kant) est une sorte de décoration qui accompagne l'expérience de jeu, la renforce et la sert.

Certains jeux n'ont d'intérêt que le scénario. Les JRPGs, par exemple, qui nous font suivre une longue quête à travers l'univers du jeu, détaillant et expliquant les histoires. L'intérêt du gameplay n'était que de soutenir cette histoire. Ya rien de fou à naviguer dans les menus et à faire stuffer ton pote.
J'ai déjà cité l'exemple, mais Panoramical. Ou n'importe quelle "simulation de promenade". L'interaction n'est là que pour sublimer le graphisme et l'environnement sonore du programme.
Il existe des tonnes de jeux dont l'intérêt est le gameplay et qui ne possède quasi rien en graphisme ou scénar. Prend tous les jeux d'arcade des années 70 et début 80.

>Pour ma part, je trouve toutes ces considérations très intéressantes, mais je me soucie plus de savoir qu'est-ce qu'un bon jeu plutôt que de savoir si un jeu est art ou pas.

Et c'est exactement ce qui doit être fait. On critique et décrit un jeu dans son ensemble, si on veut être objectif. Mais quand je parle "d'ensemble", je veux aussi parler de l'ensemble des Arts différents qui donne le jeu.

Je te sens sur la défensive. Je n'essaie pas de décrédibiliser le média JV. Au contraire. Pour moi, l'instrumentaliser comme un art, c'est brider son potentiel. C'est mettre tous les œufs dans le même panier. Je cite ce que j'ai écrit là-haut :
>>2844
>Le jeu vidéo n'est pas un art. C'est beaucoup plus que ça. C'est un médium, une culture, un sport, une économie… Et tout ça en même temps. Ça a transcendé le statut d'art.

Pour moi, tous critiques ou défenseurs du jeu vidéo tel qu'UN art sont dans le faux. Le média JV est à légitimer. La création est à légitimer. L'expérience JV est à légitimer. Mais en tant que média, création, expérience. Pas art. L'interactivité et le code en lui-même, c'est dans les Arts Numériques. Pour moi, s'il y a un 10e Art à définir, ce serait celui-ci.

No.2914

>>2911
Je crois qu'il faisait allusion à Fallout 3

No.2915

>>2913
>Insinuant que le son ambiant ne peut pas être musical
>Insinuant que l'écriture est forcément lié à la présence d'un texte

>Les JRPGs

>Insinuant que ce sont de bons jeux la plupart du temps (cf critique cruelle sur le dernier FF)

En dehors de ça on est d'accord en fait, je critique juste ta vision séparée des arts et ta conception moderniste qui lie UN art à UN médium, alors qu'on peut très bien faire de la peinture avec des crayons (et un peu d'astuce), on peut faire de la musique sans instruments (sans même utiliser ce qu'on a sous la main comme instrument).

No.2916

>>2915
>je critique juste ta vision séparée des arts et ta conception moderniste qui lie UN art à UN médium
C'est dommage, c'est ce que j'essaie de ne pas faire.
Un travail artistique peut cumuler plusieurs arts. Un médium peut être composé de plusieurs arts. On peut contourner les règles pour faire de l'art. La sculpture recyclée, par exemple.

Le JV, c'est tout un médium et une énorme partie de plusieurs business, liés au culturel, à l'informatique, au marketting… C'est comme la pub, que je considère comme Art Médiatique, 8e Art. Pourtant, la pub, c'est du cinéma et de la photo.



Supprimer message [ ]
[Retour] [Catalog] []
[ accueil ] [ récent / règles ] [ f / g / int ] [ ac / av / bd / j ] [ 6 ] [ @ ]